Le recyclage chimique

Briser les briques LEGO, décomposer un gâteau pour retrouver ses ingrédients originaux… Le recours à un langage métaphorique est un signe certain que le monde n’a pas complètement assimilé un concept. Il est certainement vrai que le recyclage des produits chimiques n’est qu’une vague présence en marge du discours public sur les déchets plastiques. Trois des experts de l’industrie ont parlé du potentiel de la technologie pour Tim Sykes (non-chimiste reconnu).

Le recyclage chimique n’est pas un nouveau concept en soi. Cependant, il fait actuellement l’objet d’innovations intenses visant à permettre le recyclage des flux de déchets plastiques mixtes. « Les flux mixtes utilisant le recyclage mécanique ne peuvent être utiles, dun fait qu’ ils sont difficiles à séparer, en plus des problèmes de contamination », a déclaré Adrian Whyle, directeur principal de Plastics Europe, responsable de l’utilisation efficace des ressources.

« Une proportion non négligeable de polymères peut être recyclée mécaniquement – environ 30% – mais de nombreux produits, tels que les emballages multicouches, sont difficiles à recycler de manière traditionnelle », explique le professeur Kevin Van Geem, directeur du Center for Sustainable Chemistry de l’Université Ghent. « L’approche classique de récupération de ces produits a été la conversion de l’énergie, c’est-à-dire, brûler les matériaux non recyclables pour produire de la vapeur. Cependant, cela génère également une quantité considérable de CO2, ce qui entraîne un impact environnemental élevé ».

Le recyclage chimique représente une approche préférable. « J’aime utiliser l’analogie des blocs LEGO : nous réduisons le matériau à ses blocs de construction chimiques d’origine », poursuit le professeur Van Geem. « La question clé est de savoir jusqu’où va ce processus ; allons-nous jusqu’à des blocs uniques (monomères) ou devons-nous nous arrêter à des combinaisons de blocs plus longues (étapes intermédiaires) ? L’objectif de base est de fermer le cycle. Moins le cycle comprend d’étapes, plus le processus sera intensif et nécessitera

beaucoup de capital. Le polystyrène peut très facilement être réduit en monomères, alors que l’histoire du polyéthylène est plus difficile, nécessitant des étapes intermédiaires. Dans le même temps, avec un emballage multicouche, vous devez décomposer le matériau en composants distincts, ce qui peut être illustré par une combinaison des blocs rouge, bleu et jaune de l’analogie de LEGO. Cela peut impliquer une valorisation catalytique et des séparations complexes, qui consomment beaucoup d’énergie. Encore une fois, l’essentiel est de minimiser autant que possible le nombre d’étapes, car elles nécessitent des dépenses d’investissement et d’exploitation ».

Les processus chimiques et mécaniques sont-ils complémentaires ?

Il existe un large consensus sur le fait que les deux approches ont une relation complémentaire. « Comme le processus de recyclage chimique implique une réaction chimique, il faut utiliser des déchets spécifiques, qui ont très souvent déjà été nettoyés par un processus mécanique », souligne Antonino Furfari, directeur général de Plastics Recyclers Europe. « Le recyclage des produits chimiques pourrait potentiellement être utilisé pour des flux difficiles à recycler lorsque le recyclage mécanique conventionnel ne peut fournir une solution adéquate ». On remarque donc là, l’importance de combiner les types de recyclage.